Accueil Plan Réserve Faune Flore Flore / milieux Autres plantes Inventaire 84 Jeux Retour
Imprimer


visites


Vipérine commune La vipérine commune n’est pas spécifique du milieu dunaire et ne se rencontre qu’occasionnellement au platier. L’été, son port élevé et l’éclat de ses inflorescences bleues en font une plante reconnaissable d’assez loin du premier coup d’œil. Appréciant la pleine lumière, elle s’accommode de sols pauvres, sablonneux ou caillouteux. C’est une habituée des terrains vagues et des talus de voies de chemins de fer qui supporte assez bien la sécheresse. On peut la rencontrer sur l’ensemble du territoire français. Vipérine commune

Bisannuelle, elle se fait discrète la première année et seule une rosette de feuilles n’est visible. Autrefois les feuilles de cette rosette étaient consommées en salade. François Couplan nous rappelle que les très jeunes feuilles sont comestibles.

Vipérine commune

Les qualités ornementales de cette plante ont vite été repérées. Au XIXème siècle l’abbé Amédée Masclef, professeur de sciences naturelles au petit séminaire d’Arras écrivait : « La vipérine, lorsqu’elle est couverte de ses nombreuses fleurs bleues, produit, surtout à distance, un très bel effet ; on peut l’utiliser avec avantage dans les jardins paysagers pour décorer les terrains arides et incultes. »

Vipérine commune
Au delà de son intérêt esthétique, la vipérine a aujourd’hui des qualités très précieuses en ces temps de biodiversité fragile. En effet, elle produit de grandes quantités de nectar et de pollen qui en font une plante très appréciée par de nombreux insectes. Les abeilles, les syrphes et les papillons la fréquentent assidûment. Elle contribue activement à entretenir une bonne biodiversité. Une abeille solitaire, Osmia anthocopoides, non encore observée au platier, en a même fait sa nourriture exclusive.


Le nom de vipérine fait référence à la vipère. Déjà les grecs anciens l’appelaient echion, de echis la vipère. Cette appellation lui vient probablement de la forme du pistil qui ressemble à une langue de vipère. Pour cette raison on a longtemps attribué à cette plante des vertus pour lutter contre le venin de ces serpents, hélas, sans aucun fondement scientifique et sans aucune chance de réussite.


Sources :

- Amédée Masclef, Atlas des plantes de France utiles, Editeur Paul Klincksieck, nuisibles et ornementales, Paris, 1893
- François Couplan, Reconnaître facilement les plantes par l’odorat, le goût, le toucher. Guides du naturaliste, Delachaux et Niestlé, Paris, 2004
- La Vipérine commune sur Telabotanica
- La Vipérine commune sur Sauvages du Poitou
- La vipérine commune sur wikipedia

Nom Commun : Vipérine commune.
Vipérine commune Nom scientifique : Echium vulgare L.
Famille : Borraginaceae.
Hauteur : 50 à jusqu'à 80 cm.
Floraison : Juin à septembre.
J F M A M J J A S O N D
Cycle de vie : Bisannuelle.
Habitat : Terrains vagues, lieux ouverts.
Feuilles :Etroitement lancéolées.
Fleurs : Bleues.